Autres Ces chercheurs ont conçu une puce quantique incroyablement fiable et moins coûteuse à fabriquer

  • Auteur de la discussion Membre supprimé 1163
  • Date de début
M
Membre supprimé 1163
Anonyme
Une précision de calcul quantique supérieure à 99% et des qubits développés à partir des techniques utilisées pour les puces « classiques » en silicium… Voilà la double promesse de chercheurs australiens. Elle pourrait bien accélérer la montée en puissance des puces quantiques, et réduire leurs coûts.

Dans un article publié dans la revue scientifique américaine Nature, trois chercheurs de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud (Australie) ont annoncé avoir développé un système quantique dont le niveau de précision est inédit.
Mieux encore, les méthodes de fabrication de ce système sont empruntées à celles des puces « normales », ce qui ouvre la voie à une industrialisation, et donc une montée en puissance rapide.

En quoi ce pourcentage réduit d’erreur est-il essentiel et un vrai cap d’importance ? Simplement parce qu’il permet aux scientifiques, qui utilisent ces ordinateurs quantiques, de détecter et corriger les erreurs au moment où elles se produisent, et donc de pouvoir se fier aux calculs réalisés.
La force de cette structure est que les noyaux sont isolés et conservent donc l’information pendant longtemps – jusqu’à 35 secondes, alors que les ordinateurs classiques l’évacuent au bout de quelques millisecondes, et les autres ordinateurs quantiques d’IBM ou Google en environ un centième de microseconde.
Le revers de la médaille était jusqu’à présent que cette isolation ne facilitait pas la liaison de ces éléments, l’interaction entre les qubits. Or, les chercheurs ont trouvé un moyen de préserver l’isolement des qubits, tout en facilitant la communication entre eux.
Comment ? En faisant en sorte que l’électron lié au noyau puisse facilement s’intriquer avec d’autres électrons ou se déplacer dans la puce. Autrement dit, le partage d’un électron par deux noyaux de phosphore permet à l’ensemble de réaliser des opérations, et donc de réaliser des calculs quantiques précis.

Article complet