Génération laideur : L'évasion (série de récits).

Plectrum.
Légende
Messages
8 031
Age
16
Fofocoins
8 694
Musique de profil
Plantation d'un arbre via Reforestaction 🌳
Plantation d'un arbre via Reforestaction 🌳
Genre
Non binaire
Yīng Gōubí vit deux hommes vêtus de blouses blanches passer devant sa cellule. Ils avaient une apparence occidentale et semblaient converser dans une langue ressemblant à l'anglais. Ils ne ressemblaient en rien à des geôliers, ni même à ce qu'elle avait pris pour des médecins. Ils avaient plutôt l'air de scientifiques. L'un des hommes ouvrit brutalement la porte de sa cellule et lui adressa la parole en un chinois parfait :
"Oh, tu es réveillée. Bien, lève-toi, 98. Nous devons te soumettre à d'autres tests. Je te suggère d'être une gentille petite fille et de nous suivre, sinon il y aura des représailles, 98."

Yīng Gōubí s'exécuta, obéissant aux instructions. Elle traversa un long couloir métallique, interminable. En chemin, elle observait des hommes et des femmes en blouse blanche circulant, ouvrant et fermant des portes. C'est à ce moment-là qu'elle réalisa véritablement ce qui lui était arrivé. L'homme s'arrêta enfin devant une porte qui révéla une salle revêtue de carrelage blanc. Il attacha Yīng Gōubí à un siège et lui fit subir une batterie de tests qui la fatiguaient rapidement. Son énergie diminuait à vue d'œil. Et même son humanité semblait la quitter. Elle vit sa peau devenir grise et se flétri telle une fleur fânée. Au fil des jours, elle se transforma en une créature monstrueuse. Les scientifiques contribuaient cruellement à ce phénomène en l'appelant "98", "Expérience 0098", "Ching-Chong", "Petite fille" et d'autres termes dégradants. Elle oublia même son vrai prénom. Son caractère changea également de manière radicale. Elle devint l'opposée de sa personnalité initiale. Au lieu d'être bienveillante, ambitieuse et sociable, elle se montra paresseuse, méchante et taciturne. Ls tests échouèrent tous et la firent muter. Ses yeux se déplacèrent, rapetissèrent et leurs iris rétrécirent, son nez prit une courbure plus prononcée, des rides ornèrent prématurément son visage et ses taches de naissance virèrent au bleu, tout comme ses cheveux et ses poils qui poussèrent de manière excessive. Sa bouche devint petite et pointue, anguleuse, et ses dents poussèrent de manière anarchique. Sa poitrine rapetissa et commença à pendre, ses fesses s'affaissèrent, ses côtes devinrent plus saillantes, mais son ventre resta gonflé. Elle était devenue d'une laideur et d'une répugnance saisissantes.

Un jour, un scientifique distrait oublia de fermer une trappe et la laissa seule. Erreur lamentable. Étant extrêmement maigre, Yīng Gōubí parvint à se faufiler à l'intérieur d'un conduit d'aération. Elle finit par déboucher dans une forêt dense. Il faisait jour et elle hurla sa liberté au vent, laissant échapper un cri qui résonna à travers les arbres. Puis elle s'enfuit à toute vitesse en ricanant, savourant sa nouvelle liberté retrouvée.