--- Quand je me noie ----

La musique telle une drogue,
Je me perds dans mes folles pensées.
Je me vois auprès de toi danser,
Et nos deux corps ensembles voguent.

Mais pourtant, j'ignore qui tu es,
Tu es là, présent dans ma tête,
Sibyllin démon de mes désirs.
Avec toi pour la vie je danserai,
Pour te voir j'en deviendrai bête,
Continue à voler mes soupirs.

Rythme effréné, je suis fou à lier.
Dansons sans jamais nous arrêter.
Pour moi, chantez encore, chantez.
Je ne peux plus m'en passer,
Ces belles mélodies m'emportent,
Voyez tout ce qu'elles m'apportent.
J'aime ces divines harmonies.
Si cela te plaît, vole ma vie,
Et je serais tien si tu es mien.
Mais c'est impossible, cruel destin.

Oh, j'aimerais que tu existes.
Tue moi avant que je meurs
De manque; de t'attendre sans piste,
Toi mon amour et mon âme-soeur.

Je te vois quand la musique me noie,
Alors je continuerai à me noyer,
Pour ne jamais oublier tes vagues, tes lignes.
Laisse moi nager puis couler pour toi.
Mais je me débats pour respirer,
Nous ne sommes ni de l'un ni de l'autre dignes.
Notre navire ne peut continuer comme ça.
Puis je me rappelle que tu n'existes pas...
Sirène, tu m'as envoûté.
Je ne m'en serais douté.
Je suis seul avec moi même...
Et ces musiques enivrantes que j'aime.
J'ai perdu la raison,
Échouée dans ces chansons,
L'écume l'a emporté
Dans des courants oubliés.
Mais à nouveau je me noierai,
Je recommencerai, je le sais.
Pour revoir ton visage
Et ne jamais dissoudre la page.
 
Lili de Washington
Forumeur d’exception
Messages
3 178
Réactions
5 198
Fofocoins
1 128
Pseudo en italique
Ombre sur pseudo
Couleur pseudo
La musique telle une drogue,
Je me perds dans mes folles pensées.
Je me vois auprès de toi danser,
Et nos deux corps ensembles voguent.

Mais pourtant, j'ignore qui tu es,
Tu es là, présent dans ma tête,
Sibyllin démon de mes désirs.
Avec toi pour la vie je danserai,
Pour te voir j'en deviendrai bête,
Continue à voler mes soupirs.

Rythme effréné, je suis fou à lier.
Dansons sans jamais nous arrêter.
Pour moi, chantez encore, chantez.
Je ne peux plus m'en passer,
Ces belles mélodies m'emportent,
Voyez tout ce qu'elles m'apportent.
J'aime ces divines harmonies.
Si cela te plaît, vole ma vie,
Et je serais tien si tu es mien.
Mais c'est impossible, cruel destin.

Oh, j'aimerais que tu existes.
Tue moi avant que je meurs
De manque; de t'attendre sans piste,
Toi mon amour et mon âme-soeur.

Je te vois quand la musique me noie,
Alors je continuerai à me noyer,
Pour ne jamais oublier tes vagues, tes lignes.
Laisse moi nager puis couler pour toi.
Mais je me débats pour respirer,
Nous ne sommes ni de l'un ni de l'autre dignes.
Notre navire ne peut continuer comme ça.
Puis je me rappelle que tu n'existes pas...
Sirène, tu m'as envoûté.
Je ne m'en serais douté.
Je suis seul avec moi même...
Et ces musiques enivrantes que j'aime.
J'ai perdu la raison,
Échouée dans ces chansons,
L'écume l'a emporté
Dans des courants oubliés.
Mais à nouveau je me noierai,
Je recommencerai, je le sais.
Pour revoir ton visage
Et ne jamais dissoudre la page.
C'est un très beau texte que tu nous partages...✨
J'avoue ressentir la même chose quand j'écoutes de la musique 💖
 
Les membres Foforum ont déjà plantés 8 arbres 🌱 grâce à leurs Fofocoins. Comment ça marche ?