• Mise a jour en cours actuellement

Actualités Les autorités françaises n'ont pas réussi à saisir des images de vidéosurveillance du Stade à la France

Des images de vidéosurveillance qui ont pu justifier - ou saper - l'affirmation controversée des autorités françaises selon laquelle 30 à 40 000 fans de Liverpool sont descendus en finale de la Ligue des champions à Paris avec de faux billets, ont été perdues.

Les autorités françaises n'ont pas réussi à saisir des images de vidéosurveillance du Stade à la France


Des rapports en France suggèrent que les autorités n'ont pas obtenu les enregistrements vidéo du Stade de France dans le délai légal, et ils ont maintenant été supprimés.

[adsg]pub[/adsg]

Le ministre français de l'Intérieur, Gerald Darmanin, a été vivement critiqué pour avoir colporté des allégations "fantaisistes" selon lesquelles jusqu'à 70 % de tous les billets vendus pour le match mal géré au Stade de France, entre Liverpool et le Real Madrid, étaient des faux.

Il a été affirmé que les supporters de Liverpool étaient responsables du fiasco au stade de la capitale française le 28 mai, qui a vu des scènes chaotiques et dangereuses en dehors du sol avant et après le match.

Mais jeudi, le chef de la police de Paris, Didier Lallement, a admis en preuve lors d'une audience parlementaire qu'il avait concocté le chiffre de 40 000 faux billets à partir des commentaires qu'il avait reçus de ses officiers et de ses responsables des transports.

Il a concédé que le nombre n'avait « aucune vertu scientifique », mais était basé sur sa perception.

Malgré cela, Lallement a continué d'insister sur le fait qu'il y avait "beaucoup plus de gens" que le stade ne pouvait contenir et il a affirmé que des milliers de personnes laissées à l'extérieur avec de faux billets n'étaient "pas en vue des caméras de vidéosurveillance".

La police retient les fans de Liverpool alors que les chefs disent qu'un grand nombre de personnes avec de faux billets ont causé des goulots d'étranglement - mais les fans disent que les tourniquets défectueux étaient à blâmer
Cependant, à la suite de la comparution de Lallement à l'audience, il est apparu que les autorités françaises n'avaient pas revendiqué des enregistrements de vidéosurveillance vitaux provenant des environs du stade, ce qui aurait pu jeter plus de lumière sur ce qui s'est passé.

"Les images de caméra du Stade de France montrant des vidéos "extrêmement violentes" ont été supprimées", a rapporté la chaîne BFM TV.

« Elles n'ont pas été réclamées par les tribunaux dans le délai légal de 7 jours. »

Erwan Le Prévost, directeur des relations institutionnelles de la Fédération française de football, a déclaré à la chaîne : « Les images sont disponibles pendant sept jours. Ils sont alors automatiquement détruits. Nous aurions dû avoir une réquisition pour les fournir aux différentes populations, les images sont extrêmement violentes. »

Les fans ont été coincés devant le Stade de France pendant deux heures avant d'être frappés par des gaz lacrymogènes par la police française
Quelles que soient les images révélées, elles ont maintenant été perdues et il semble y avoir peu de faits concrets pour étayer les allégations de contrefaçon industrielle, ou la suggestion que c'est cela qui a conduit à un coup de cœur en dehors du Stade de France avant le coup d'envoi.

"J'ai peut-être eu tort", a déclaré M. Lament lors de l'audience parlementaire d'aujourd'hui à Paris, ajoutant : "C'était évidemment un échec parce que les gens ont été bousculés et attaqués, bien que nous ayons eu le devoir de les garder en sécurité. C'est aussi un échec parce que l'image du pays a été ébranlée. »

Interrogé plus loin sur son affirmation selon laquelle jusqu'à 40 000 fans de Liverpool se sont présentés sans billets authentiques, il a poursuivi : "Je n'ai jamais prétendu que le chiffre était parfaitement correct, mais il semblait refléter la situation autour du stade".

Avant, il a ajouté : « Le chiffre n'a aucune vertu scientifique, mais il provient des commentaires de la police et des responsables des transports publics. »

Le chef de la police de Paris Didier Lallement a témoigné au sujet de l'opération de sécurité pour la finale de l'UEFA Champions League lors d'une audience au Sénat dans la capitale française aujourd'hui
Les supporters de Liverpool et du Real Madrid, ainsi que les invités et sponsors VIP, ont été pris dans des scènes effrayantes et dangereuses à l'extérieur du Stade de France lors de la pièce maîtresse de l'UEFA.

De nombreux supporters n'ont pas pu accéder au stade malgré des billets valides.

Et dans le chaos qui a suivi, avant et après la pièce maîtresse de l'UEFA, que le Real Madrid a remporté 1-0, les supporters et les participants ont été gazés par la police française, y compris les enfants, et forcés de lancer le défi des jeunes locaux qui avaient l'intention de les agresser et de les voler.

L'UEFA s'est excusée auprès des supporters et a annoncé sa propre révision indépendante des événements chaotiques à Paris et une enquête spéciale menée par le Mail a révélé dimanche comment la rupture complète de l'ordre public - avec des partisans ciblés par les gangs - a presque conduit à des décès.

Des images vidéo choquantes ont émergé d'un garçon de neuf ans pleurant dans les rues de Paris après que son père a été frappé par des gaz lacrymogènes déployés par la police française à la suite de la finale de la Ligue des Champions hier soir. L'auteur de football et fan de Liverpool Carl Clemente a posté le clip sur Twitter montrant son jeune fils sanglotant alors qu'il essayait désespérément d'essuyer les larmes qui se coulaient de ses yeux après l'attaque
L'enquête du MoS a suggéré qu'une défaillance informatique massive a contribué au chaos à Paris, contredisant les récits de la police et du gouvernement français, qui ont cherché à blâmer les fans sur les scènes.

Les autorités françaises n'ont pas réussi à saisir des images de vidéosurveillance du Stade à la France


M. Lallement a utilisé sa comparution à l'audience d'aujourd'hui pour répondre également aux préoccupations concernant les tactiques policières utilisées au stade. Il était en grande partie impénitent, affirmant que s'il n'avait pas donné l'ordre aux supporters de gaz lacrymogène, ils auraient pris d'assaut le stade.

« La seule façon était de gazer les gens », a-t-il dit.

Des images Stark ont montré de vastes nuages de gaz lacrymogènes étouffant les partisans, alors que la police antiémeute en vaporisant d'autres personnes au visage avec du gaz poivré avant le match.

« Je suis pleinement conscient que des personnes de bonne foi ont été gazées, parfois même des familles », a déclaré M. Lallement lors de la réunion.

Gerald Darmanin (à droite) a déclaré que le filtrage des faux billets avait causé de longs retards et des coups de cœur dangereux pour les fans de Liverpool entrant dans le Stade de France, après que la ministre du Sport Amelie Oudea-Castera (à gauche) eut blâmé le club pour le chaos

Les officiels français sous le feu du chaos lors de la finale de la Ligue des Champions à Paris ont affirmé que des dizaines de milliers de fans s'étaient présentés avec de faux billets, présentant deux passes presque identiques tout en affirmant que l'une était un faux (à droite)
Mais il a ajouté : « Je suis désolé, mais il n'y avait pas d'autres moyens. Le seul moyen était de gazer les gens. J'ai demandé que du gaz soit utilisé. »

Lallement a déclaré que sans l'utilisation de gaz lacrymogènes, la seule option aurait été de charger la foule.

Il a ajouté : « Je pense que cela aurait été une erreur de charger les gens. Cela aurait été dévastateur. »

Le coup d'envoi a été retardé car la situation à l'extérieur du stade est tombée dans le chaos.

"Je suis totalement désolé, au nom de la police, si des personnes fragiles étaient touchées, mais c'était le seul moyen d'éviter l'invasion du stade"

La police antiémeute retient les fans à l'entrée du stade alors que les partisans se plaignaient d'un manque de portes ouvertes, de personnel et de problèmes de billetterie qui ont vu attendre des heures pour entrer à l'intérieur
« Je confirme donc que les décisions prises étaient les seules à garantir l'organisation du match et à éviter toute forme d'accident grave »

"Il n'y a pas eu d'accidents avec les supporters de Liverpool à Paris, bien qu'un certain nombre aient été assez ivres"

À la suite du match, le ministre de l'Intérieur, M. Darmanin, a donné une conférence de presse aux côtés du chef de la police de Paris, qui a montré ce qu'ils ont dit être des faux faux et de vrais billets presque identiques pour prouver leur cas.

À l'époque, ils ne disaient pas que la façon dont ils avaient établi qu'un billet était un faux, au milieu de rapports faisant état de personnes dont les billets réels avaient été refusés en raison de tours de mauvais fonctionnement.

Ronan Evain, chef de l'association Football Supporters Europe qui était au match, a rapidement rejeté les allégations selon lesquelles jusqu'à 40 000 faux billets étaient en circulation comme étant « complètement fantaisistes ».

Les observateurs de FSE avaient remarqué que de faux billets étaient vendus, a-t-il dit, mais ont décrit la question comme "marginale" et rien d'extraordinaire pour une finale majeure
 
M
MOna
Anonyme
C'est un scandale ! ils ont volontairement fait disparaître les preuves de ce fiasco incroyable.
Darmanin a mis en avant cette histoire de faux billets pour masquer son incompétence.
Ce gouvernement me fait honte !
 
Les membres Foforum ont déjà plantés 12 arbres 🌱 grâce à leurs Fofocoins. C´est gratuit, voir comment ça marche ?