La fictosexualité (ou les relations parasociales)

Marù
Forumeur débutant
Messages
9
Réactions
2
Fofocoins
229
Aller :) je me lance dans ce sujet qui va sûrement susciter curiosité et jugement XD mais qu'importe !
La fictosexualité, ou les relations parasociales. Un sujet très sérieux.
Les scientifiques et psychologues ont commencé à s'y intéresser et à étudier ce phénomène aux alentours des années 50. Phénomène actuel et de plus en plus "démocratisé" de plus en plus de fictosexuels osent aujourd'hui faire leur coming-out pour exprimer leur amour pour le moins, inattendu.
Alors qu'est-ce que c'est ? Les relations parasociales sont définies comme des relations émotionnelles que nous établissons avec des personnages de fiction que nous apprécions particulièrement. Cela peut-être une amitié profonde, jusqu'à de l'amour sincère. Ces relations parasociales sont applicable à toute forme de fiction, allant du roman / manga, aux séries TV / Films et jeux vidéos. Des termes devenus communs sont même utilisés pour décrire ces relations, vous avez peut-être déjà entendu quelqu'un parler de sa "Waifu" par exemple. Loin d'être des personnes névrosés ou stupides, les sujets ont toujours parfaitement conscience de la notion virtuelle ou irréel de leur "crush". Selon les psychologues, notre cerveau ne s’est pas encore totalement adapté à notre environnement actuel, très différent de celui dans lequel vivaient nos ancêtres. La fréquentation sur le long terme de personnages fictifs, sur lesquels nous savons des choses que nous ignorons parfois concernant nos amis les plus proches, et auxquels nous sommes nettement plus exposés qu’avant l’avènement de la télévision et de l’internet, pourrait être l’une de ces nouveautés que le cerveau ne prend pas totalement en compte et expliquerait ainsi le fait que l'on puisse nourrir de forts sentiments pour des personnages totalement fictifs.
Mais comment expliquer que l’on puisse tisser ce type de relations avec des personnes dont on sait parfaitement qu’elles n’existent pas?
Tout d’abord, la narration nous amène à partager les moments-clés de l’existence de ces personnages, de même que des scènes intimes, généralement réservées aux proches. Elle nous donne aussi accès à leurs pensées, leurs sentiments, leurs souvenirs. Nous avons donc l’illusion de réellement connaître ces personnages. Un effet encore amplifié lorsque nous côtoyons les personnages sur une très longue durée, comme dans le cas d’une série ou d’une saga littéraire, qui se déroulent sur plusieurs années et nous conduisent à assister à l’évolution des protagonistes. On s'y attache alors, on développe une empathie certaine pour eux, ils entrent dans notre quotidien et les côtoyer nous devient familier. Comme de véritables proches.
Bien entendu, il est parfois difficile pour certain(e)s personnes de réussir à savoir faire la part des choses, notamment chez les plus jeunes, qui peuvent souffrir de cette relation finalement impossible, autant irréalisable que irréel. J'écris aujourd'hui cet article pour partager mon expérience en la matière, et aider peut-être, par mon témoignage, certain ou certaine à trouver l'équilibre qui peut leur manquer vis à vis de cette situation.
Mon truc à moi, c'est les jeux vidéo. Je baigne dedans depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours fuis la réalité car j'ai souvent été moqué à l'école, les jeux vidéo ont toujours été pour moi un refuge me permettant de fuir la laideur des individus du monde réel. J'avais beaucoup de mal à aller vers les autres et à me faire des amis. J'avais des problèmes de confiance en moi, et j'ai trouvé en certains personnages fictifs, des héros pour m'inspirer, des modèles pour m'endurcir. Cela m'a vraiment aidé. J'étais encore très jeune et tout comme certains enfants ont des amis imaginaires, et bien moi, j'avais des amis fictifs. Grâce à eux, je ne me suis jamais sentie seule, ils m'ont également inculqué des valeurs que je porte encore aujourd'hui, à 27ans. Bien sûr, j'ai dû apprendre à rester connecté au monde réel, car c'est le piège que de s'enfermer dans une telle bulle, aussi intimiste et sécurisante, et il n'est pas toujours facile à éviter. Selon moi, il faut garder à l'esprit qu'il s'agit d'avantage d'un jardin secret que d'une relation réellement concrète. D'ailleurs, je dis toujours que si des personnages fictifs venaient à exister dans le monde réel, ils n'auraient rien d'aussi extraordinaires. Ils seraient forcément différents de la façon dont nous les imaginons, ils ne seraient pas aussi parfaits et nous décevraient très certainement. Car l'avantage de l'imagination, c'est de pouvoir modeler cette relation dans une perfection qui nous convient. Bref :) j'en viens à la suite de mon histoire.
Les choses ont prit une tournure plus profonde à l'adolescence, ou j'ai commencé à nourrir des crush pour certains personnages en particulier. Je suis toutefois restée très lucide sur le sujet, me répétant que tout ceci était finalement assez normale pour une gamine qui commence à s'intéresser aux hommes et à nourrir ses premiers idéaux masculins. On a toutes et tous eut des idoles sur qui ont a flashé un peu quand on est ado, jusque là rien de bizarre. Mais voilà, passé la vingtaine, mes sentiments ont persistés, et n'ont même d'ailleurs jamais cesser de croitre. Encore une fois, gardant la tête froide, j'ai mis cela sur le compte de la jeunesse. A savoir que cela ne m'empêchais pas de vivre une vie réelle tout à fait normale à côté (bien que ce n'est probablement pas le cas de tout le monde dans une même situation). Je suis sortie avec des garçons, j'ai eus des relations amoureuses, bref tout le tralala. Les années ont passés et j'ai rencontré mon conjoint, avec qui je suis mariée aujourd'hui et avec qui je me sens heureuse et épanouie. Pour autant, dans ma vie fictive et imaginaire, je nourris toujours de profonds sentiments à l'égard d'un personnage que j'aime maintenant depuis plus de 16 ans... Je l'assume totalement, et à presque 30 ans désormais je pense être capable d'affirmer que ces sentiments sont bien réels et qu'ils comptent pour moi. À tel point que je refuse de donner l'identité de ce personnage par jalousie si jamais certaines "concurrentes" venaient à réagir sur le sujet XD Je l'aime et c'est certain, et ça me rend heureuse de l'affirmer autant que de l'assumer aujourd'hui.
Par ce témoignage, je voulais surtout encourager toutes ceux et celles qui ressentent des sentiments et des émotions similaires à assumer ce qu'ils ressentent, sans qu'ils n'aient à se sentir bizarres ou jugés. C'est également pour moi la première fois que j'en parle aussi ouvertement, et même si je suis totalement en phase avec ce que je ressens, j'invite les sceptiques à faire preuve de tolérance dans leurs réactions :) il y a certaines personnes pour qui cela est réellement difficile à gérer et qui se sentent déboussolés vis à vis de ce qu'ils peuvent ressentir. L'idée est de pouvoir aider ces personnes à en parler et à confier leurs difficultés, ou tout simplement à s'exprimer, dans le respect et la tolérance.
Merci de m'avoir lu !
 
M
Membre supprimé 769
Anonyme
Aller :) je me lance dans ce sujet qui va sûrement susciter curiosité et jugement XD mais qu'importe !
La fictosexualité, ou les relations parasociales. Un sujet très sérieux.
Les scientifiques et psychologues ont commencé à s'y intéresser et à étudier ce phénomène aux alentours des années 50. Phénomène actuel et de plus en plus "démocratisé" de plus en plus de fictosexuels osent aujourd'hui faire leur coming-out pour exprimer leur amour pour le moins, inattendu.
Alors qu'est-ce que c'est ? Les relations parasociales sont définies comme des relations émotionnelles que nous établissons avec des personnages de fiction que nous apprécions particulièrement. Cela peut-être une amitié profonde, jusqu'à de l'amour sincère. Ces relations parasociales sont applicable à toute forme de fiction, allant du roman / manga, aux séries TV / Films et jeux vidéos. Des termes devenus communs sont même utilisés pour décrire ces relations, vous avez peut-être déjà entendu quelqu'un parler de sa "Waifu" par exemple. Loin d'être des personnes névrosés ou stupides, les sujets ont toujours parfaitement conscience de la notion virtuelle ou irréel de leur "crush". Selon les psychologues, notre cerveau ne s’est pas encore totalement adapté à notre environnement actuel, très différent de celui dans lequel vivaient nos ancêtres. La fréquentation sur le long terme de personnages fictifs, sur lesquels nous savons des choses que nous ignorons parfois concernant nos amis les plus proches, et auxquels nous sommes nettement plus exposés qu’avant l’avènement de la télévision et de l’internet, pourrait être l’une de ces nouveautés que le cerveau ne prend pas totalement en compte et expliquerait ainsi le fait que l'on puisse nourrir de forts sentiments pour des personnages totalement fictifs.
Mais comment expliquer que l’on puisse tisser ce type de relations avec des personnes dont on sait parfaitement qu’elles n’existent pas?
Tout d’abord, la narration nous amène à partager les moments-clés de l’existence de ces personnages, de même que des scènes intimes, généralement réservées aux proches. Elle nous donne aussi accès à leurs pensées, leurs sentiments, leurs souvenirs. Nous avons donc l’illusion de réellement connaître ces personnages. Un effet encore amplifié lorsque nous côtoyons les personnages sur une très longue durée, comme dans le cas d’une série ou d’une saga littéraire, qui se déroulent sur plusieurs années et nous conduisent à assister à l’évolution des protagonistes. On s'y attache alors, on développe une empathie certaine pour eux, ils entrent dans notre quotidien et les côtoyer nous devient familier. Comme de véritables proches.
Bien entendu, il est parfois difficile pour certain(e)s personnes de réussir à savoir faire la part des choses, notamment chez les plus jeunes, qui peuvent souffrir de cette relation finalement impossible, autant irréalisable que irréel. J'écris aujourd'hui cet article pour partager mon expérience en la matière, et aider peut-être, par mon témoignage, certain ou certaine à trouver l'équilibre qui peut leur manquer vis à vis de cette situation.
Mon truc à moi, c'est les jeux vidéo. Je baigne dedans depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours fuis la réalité car j'ai souvent été moqué à l'école, les jeux vidéo ont toujours été pour moi un refuge me permettant de fuir la laideur des individus du monde réel. J'avais beaucoup de mal à aller vers les autres et à me faire des amis. J'avais des problèmes de confiance en moi, et j'ai trouvé en certains personnages fictifs, des héros pour m'inspirer, des modèles pour m'endurcir. Cela m'a vraiment aidé. J'étais encore très jeune et tout comme certains enfants ont des amis imaginaires, et bien moi, j'avais des amis fictifs. Grâce à eux, je ne me suis jamais sentie seule, ils m'ont également inculqué des valeurs que je porte encore aujourd'hui, à 27ans. Bien sûr, j'ai dû apprendre à rester connecté au monde réel, car c'est le piège que de s'enfermer dans une telle bulle, aussi intimiste et sécurisante, et il n'est pas toujours facile à éviter. Selon moi, il faut garder à l'esprit qu'il s'agit d'avantage d'un jardin secret que d'une relation réellement concrète. D'ailleurs, je dis toujours que si des personnages fictifs venaient à exister dans le monde réel, ils n'auraient rien d'aussi extraordinaires. Ils seraient forcément différents de la façon dont nous les imaginons, ils ne seraient pas aussi parfaits et nous décevraient très certainement. Car l'avantage de l'imagination, c'est de pouvoir modeler cette relation dans une perfection qui nous convient. Bref :) j'en viens à la suite de mon histoire.
Les choses ont prit une tournure plus profonde à l'adolescence, ou j'ai commencé à nourrir des crush pour certains personnages en particulier. Je suis toutefois restée très lucide sur le sujet, me répétant que tout ceci était finalement assez normale pour une gamine qui commence à s'intéresser aux hommes et à nourrir ses premiers idéaux masculins. On a toutes et tous eut des idoles sur qui ont a flashé un peu quand on est ado, jusque là rien de bizarre. Mais voilà, passé la vingtaine, mes sentiments ont persistés, et n'ont même d'ailleurs jamais cesser de croitre. Encore une fois, gardant la tête froide, j'ai mis cela sur le compte de la jeunesse. A savoir que cela ne m'empêchais pas de vivre une vie réelle tout à fait normale à côté (bien que ce n'est probablement pas le cas de tout le monde dans une même situation). Je suis sortie avec des garçons, j'ai eus des relations amoureuses, bref tout le tralala. Les années ont passés et j'ai rencontré mon conjoint, avec qui je suis mariée aujourd'hui et avec qui je me sens heureuse et épanouie. Pour autant, dans ma vie fictive et imaginaire, je nourris toujours de profonds sentiments à l'égard d'un personnage que j'aime maintenant depuis plus de 16 ans... Je l'assume totalement, et à presque 30 ans désormais je pense être capable d'affirmer que ces sentiments sont bien réels et qu'ils comptent pour moi. À tel point que je refuse de donner l'identité de ce personnage par jalousie si jamais certaines "concurrentes" venaient à réagir sur le sujet XD Je l'aime et c'est certain, et ça me rend heureuse de l'affirmer autant que de l'assumer aujourd'hui.
Par ce témoignage, je voulais surtout encourager toutes ceux et celles qui ressentent des sentiments et des émotions similaires à assumer ce qu'ils ressentent, sans qu'ils n'aient à se sentir bizarres ou jugés. C'est également pour moi la première fois que j'en parle aussi ouvertement, et même si je suis totalement en phase avec ce que je ressens, j'invite les sceptiques à faire preuve de tolérance dans leurs réactions :) il y a certaines personnes pour qui cela est réellement difficile à gérer et qui se sentent déboussolés vis à vis de ce qu'ils peuvent ressentir. L'idée est de pouvoir aider ces personnes à en parler et à confier leurs difficultés, ou tout simplement à s'exprimer, dans le respect et la tolérance.
Merci de m'avoir lu !
SASUKEEEEEEE
 
Kahiru-Chan
Forumeur d’exception
Messages
3 327
Réactions
3 587
Age
14
Fofocoins
14 459
Et personnellement(oui je sais c'est très creepy....)j'ai acheté un tee-shirt blanc trop grand dans la réalité pour pouvoir dormir avec,ce que je fais quand je dort avec lui,dans son immeuble...
 
M
Membre supprimé 953
Anonyme
Et personnellement(oui je sais c'est très creepy....)j'ai acheté un tee-shirt blanc trop grand dans la réalité pour pouvoir dormir avec,ce que je fais quand je dort avec lui,dans son immeuble...
J'ai pas compris réexplique.
 
M
Membre supprimé 769
Anonyme
C'est un personnage de manga et arrête de nous traiter de païenne cnest plus drole
 
salut
Forumeur d’exception
🔥 V.I.P 🔥
Messages
3 334
Réactions
1 602
Pays
Russia
Fofocoins
4 225
Plantation d'un arbre via Reforestaction 🌳
Non mélenchon ;-; oh moi aussi faudrait que j’arrete et je suis pas gay
 
M
Membre supprimé 953
Anonyme
Aller :) je me lance dans ce sujet qui va sûrement susciter curiosité et jugement XD mais qu'importe !
La fictosexualité, ou les relations parasociales. Un sujet très sérieux.
Les scientifiques et psychologues ont commencé à s'y intéresser et à étudier ce phénomène aux alentours des années 50. Phénomène actuel et de plus en plus "démocratisé" de plus en plus de fictosexuels osent aujourd'hui faire leur coming-out pour exprimer leur amour pour le moins, inattendu.
Alors qu'est-ce que c'est ? Les relations parasociales sont définies comme des relations émotionnelles que nous établissons avec des personnages de fiction que nous apprécions particulièrement. Cela peut-être une amitié profonde, jusqu'à de l'amour sincère. Ces relations parasociales sont applicable à toute forme de fiction, allant du roman / manga, aux séries TV / Films et jeux vidéos. Des termes devenus communs sont même utilisés pour décrire ces relations, vous avez peut-être déjà entendu quelqu'un parler de sa "Waifu" par exemple. Loin d'être des personnes névrosés ou stupides, les sujets ont toujours parfaitement conscience de la notion virtuelle ou irréel de leur "crush". Selon les psychologues, notre cerveau ne s’est pas encore totalement adapté à notre environnement actuel, très différent de celui dans lequel vivaient nos ancêtres. La fréquentation sur le long terme de personnages fictifs, sur lesquels nous savons des choses que nous ignorons parfois concernant nos amis les plus proches, et auxquels nous sommes nettement plus exposés qu’avant l’avènement de la télévision et de l’internet, pourrait être l’une de ces nouveautés que le cerveau ne prend pas totalement en compte et expliquerait ainsi le fait que l'on puisse nourrir de forts sentiments pour des personnages totalement fictifs.
Mais comment expliquer que l’on puisse tisser ce type de relations avec des personnes dont on sait parfaitement qu’elles n’existent pas?
Tout d’abord, la narration nous amène à partager les moments-clés de l’existence de ces personnages, de même que des scènes intimes, généralement réservées aux proches. Elle nous donne aussi accès à leurs pensées, leurs sentiments, leurs souvenirs. Nous avons donc l’illusion de réellement connaître ces personnages. Un effet encore amplifié lorsque nous côtoyons les personnages sur une très longue durée, comme dans le cas d’une série ou d’une saga littéraire, qui se déroulent sur plusieurs années et nous conduisent à assister à l’évolution des protagonistes. On s'y attache alors, on développe une empathie certaine pour eux, ils entrent dans notre quotidien et les côtoyer nous devient familier. Comme de véritables proches.
Bien entendu, il est parfois difficile pour certain(e)s personnes de réussir à savoir faire la part des choses, notamment chez les plus jeunes, qui peuvent souffrir de cette relation finalement impossible, autant irréalisable que irréel. J'écris aujourd'hui cet article pour partager mon expérience en la matière, et aider peut-être, par mon témoignage, certain ou certaine à trouver l'équilibre qui peut leur manquer vis à vis de cette situation.
Mon truc à moi, c'est les jeux vidéo. Je baigne dedans depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours fuis la réalité car j'ai souvent été moqué à l'école, les jeux vidéo ont toujours été pour moi un refuge me permettant de fuir la laideur des individus du monde réel. J'avais beaucoup de mal à aller vers les autres et à me faire des amis. J'avais des problèmes de confiance en moi, et j'ai trouvé en certains personnages fictifs, des héros pour m'inspirer, des modèles pour m'endurcir. Cela m'a vraiment aidé. J'étais encore très jeune et tout comme certains enfants ont des amis imaginaires, et bien moi, j'avais des amis fictifs. Grâce à eux, je ne me suis jamais sentie seule, ils m'ont également inculqué des valeurs que je porte encore aujourd'hui, à 27ans. Bien sûr, j'ai dû apprendre à rester connecté au monde réel, car c'est le piège que de s'enfermer dans une telle bulle, aussi intimiste et sécurisante, et il n'est pas toujours facile à éviter. Selon moi, il faut garder à l'esprit qu'il s'agit d'avantage d'un jardin secret que d'une relation réellement concrète. D'ailleurs, je dis toujours que si des personnages fictifs venaient à exister dans le monde réel, ils n'auraient rien d'aussi extraordinaires. Ils seraient forcément différents de la façon dont nous les imaginons, ils ne seraient pas aussi parfaits et nous décevraient très certainement. Car l'avantage de l'imagination, c'est de pouvoir modeler cette relation dans une perfection qui nous convient. Bref :) j'en viens à la suite de mon histoire.
Les choses ont prit une tournure plus profonde à l'adolescence, ou j'ai commencé à nourrir des crush pour certains personnages en particulier. Je suis toutefois restée très lucide sur le sujet, me répétant que tout ceci était finalement assez normale pour une gamine qui commence à s'intéresser aux hommes et à nourrir ses premiers idéaux masculins. On a toutes et tous eut des idoles sur qui ont a flashé un peu quand on est ado, jusque là rien de bizarre. Mais voilà, passé la vingtaine, mes sentiments ont persistés, et n'ont même d'ailleurs jamais cesser de croitre. Encore une fois, gardant la tête froide, j'ai mis cela sur le compte de la jeunesse. A savoir que cela ne m'empêchais pas de vivre une vie réelle tout à fait normale à côté (bien que ce n'est probablement pas le cas de tout le monde dans une même situation). Je suis sortie avec des garçons, j'ai eus des relations amoureuses, bref tout le tralala. Les années ont passés et j'ai rencontré mon conjoint, avec qui je suis mariée aujourd'hui et avec qui je me sens heureuse et épanouie. Pour autant, dans ma vie fictive et imaginaire, je nourris toujours de profonds sentiments à l'égard d'un personnage que j'aime maintenant depuis plus de 16 ans... Je l'assume totalement, et à presque 30 ans désormais je pense être capable d'affirmer que ces sentiments sont bien réels et qu'ils comptent pour moi. À tel point que je refuse de donner l'identité de ce personnage par jalousie si jamais certaines "concurrentes" venaient à réagir sur le sujet XD Je l'aime et c'est certain, et ça me rend heureuse de l'affirmer autant que de l'assumer aujourd'hui.
Par ce témoignage, je voulais surtout encourager toutes ceux et celles qui ressentent des sentiments et des émotions similaires à assumer ce qu'ils ressentent, sans qu'ils n'aient à se sentir bizarres ou jugés. C'est également pour moi la première fois que j'en parle aussi ouvertement, et même si je suis totalement en phase avec ce que je ressens, j'invite les sceptiques à faire preuve de tolérance dans leurs réactions :) il y a certaines personnes pour qui cela est réellement difficile à gérer et qui se sentent déboussolés vis à vis de ce qu'ils peuvent ressentir. L'idée est de pouvoir aider ces personnes à en parler et à confier leurs difficultés, ou tout simplement à s'exprimer, dans le respect et la tolérance.
Merci de m'avoir lu !
Moi j'étais amie avec un méchant de livre
 
Interessé
Forumeur mega actif
Messages
256
Réactions
88
Fofocoins
2 262
Aller :) je me lance dans ce sujet qui va sûrement susciter curiosité et jugement XD mais qu'importe !
La fictosexualité, ou les relations parasociales. Un sujet très sérieux.
Les scientifiques et psychologues ont commencé à s'y intéresser et à étudier ce phénomène aux alentours des années 50. Phénomène actuel et de plus en plus "démocratisé" de plus en plus de fictosexuels osent aujourd'hui faire leur coming-out pour exprimer leur amour pour le moins, inattendu.
Alors qu'est-ce que c'est ? Les relations parasociales sont définies comme des relations émotionnelles que nous établissons avec des personnages de fiction que nous apprécions particulièrement. Cela peut-être une amitié profonde, jusqu'à de l'amour sincère. Ces relations parasociales sont applicable à toute forme de fiction, allant du roman / manga, aux séries TV / Films et jeux vidéos. Des termes devenus communs sont même utilisés pour décrire ces relations, vous avez peut-être déjà entendu quelqu'un parler de sa "Waifu" par exemple. Loin d'être des personnes névrosés ou stupides, les sujets ont toujours parfaitement conscience de la notion virtuelle ou irréel de leur "crush". Selon les psychologues, notre cerveau ne s’est pas encore totalement adapté à notre environnement actuel, très différent de celui dans lequel vivaient nos ancêtres. La fréquentation sur le long terme de personnages fictifs, sur lesquels nous savons des choses que nous ignorons parfois concernant nos amis les plus proches, et auxquels nous sommes nettement plus exposés qu’avant l’avènement de la télévision et de l’internet, pourrait être l’une de ces nouveautés que le cerveau ne prend pas totalement en compte et expliquerait ainsi le fait que l'on puisse nourrir de forts sentiments pour des personnages totalement fictifs.
Mais comment expliquer que l’on puisse tisser ce type de relations avec des personnes dont on sait parfaitement qu’elles n’existent pas?
Tout d’abord, la narration nous amène à partager les moments-clés de l’existence de ces personnages, de même que des scènes intimes, généralement réservées aux proches. Elle nous donne aussi accès à leurs pensées, leurs sentiments, leurs souvenirs. Nous avons donc l’illusion de réellement connaître ces personnages. Un effet encore amplifié lorsque nous côtoyons les personnages sur une très longue durée, comme dans le cas d’une série ou d’une saga littéraire, qui se déroulent sur plusieurs années et nous conduisent à assister à l’évolution des protagonistes. On s'y attache alors, on développe une empathie certaine pour eux, ils entrent dans notre quotidien et les côtoyer nous devient familier. Comme de véritables proches.
Bien entendu, il est parfois difficile pour certain(e)s personnes de réussir à savoir faire la part des choses, notamment chez les plus jeunes, qui peuvent souffrir de cette relation finalement impossible, autant irréalisable que irréel. J'écris aujourd'hui cet article pour partager mon expérience en la matière, et aider peut-être, par mon témoignage, certain ou certaine à trouver l'équilibre qui peut leur manquer vis à vis de cette situation.
Mon truc à moi, c'est les jeux vidéo. Je baigne dedans depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours fuis la réalité car j'ai souvent été moqué à l'école, les jeux vidéo ont toujours été pour moi un refuge me permettant de fuir la laideur des individus du monde réel. J'avais beaucoup de mal à aller vers les autres et à me faire des amis. J'avais des problèmes de confiance en moi, et j'ai trouvé en certains personnages fictifs, des héros pour m'inspirer, des modèles pour m'endurcir. Cela m'a vraiment aidé. J'étais encore très jeune et tout comme certains enfants ont des amis imaginaires, et bien moi, j'avais des amis fictifs. Grâce à eux, je ne me suis jamais sentie seule, ils m'ont également inculqué des valeurs que je porte encore aujourd'hui, à 27ans. Bien sûr, j'ai dû apprendre à rester connecté au monde réel, car c'est le piège que de s'enfermer dans une telle bulle, aussi intimiste et sécurisante, et il n'est pas toujours facile à éviter. Selon moi, il faut garder à l'esprit qu'il s'agit d'avantage d'un jardin secret que d'une relation réellement concrète. D'ailleurs, je dis toujours que si des personnages fictifs venaient à exister dans le monde réel, ils n'auraient rien d'aussi extraordinaires. Ils seraient forcément différents de la façon dont nous les imaginons, ils ne seraient pas aussi parfaits et nous décevraient très certainement. Car l'avantage de l'imagination, c'est de pouvoir modeler cette relation dans une perfection qui nous convient. Bref :) j'en viens à la suite de mon histoire.
Les choses ont prit une tournure plus profonde à l'adolescence, ou j'ai commencé à nourrir des crush pour certains personnages en particulier. Je suis toutefois restée très lucide sur le sujet, me répétant que tout ceci était finalement assez normale pour une gamine qui commence à s'intéresser aux hommes et à nourrir ses premiers idéaux masculins. On a toutes et tous eut des idoles sur qui ont a flashé un peu quand on est ado, jusque là rien de bizarre. Mais voilà, passé la vingtaine, mes sentiments ont persistés, et n'ont même d'ailleurs jamais cesser de croitre. Encore une fois, gardant la tête froide, j'ai mis cela sur le compte de la jeunesse. A savoir que cela ne m'empêchais pas de vivre une vie réelle tout à fait normale à côté (bien que ce n'est probablement pas le cas de tout le monde dans une même situation). Je suis sortie avec des garçons, j'ai eus des relations amoureuses, bref tout le tralala. Les années ont passés et j'ai rencontré mon conjoint, avec qui je suis mariée aujourd'hui et avec qui je me sens heureuse et épanouie. Pour autant, dans ma vie fictive et imaginaire, je nourris toujours de profonds sentiments à l'égard d'un personnage que j'aime maintenant depuis plus de 16 ans... Je l'assume totalement, et à presque 30 ans désormais je pense être capable d'affirmer que ces sentiments sont bien réels et qu'ils comptent pour moi. À tel point que je refuse de donner l'identité de ce personnage par jalousie si jamais certaines "concurrentes" venaient à réagir sur le sujet XD Je l'aime et c'est certain, et ça me rend heureuse de l'affirmer autant que de l'assumer aujourd'hui.
Par ce témoignage, je voulais surtout encourager toutes ceux et celles qui ressentent des sentiments et des émotions similaires à assumer ce qu'ils ressentent, sans qu'ils n'aient à se sentir bizarres ou jugés. C'est également pour moi la première fois que j'en parle aussi ouvertement, et même si je suis totalement en phase avec ce que je ressens, j'invite les sceptiques à faire preuve de tolérance dans leurs réactions :) il y a certaines personnes pour qui cela est réellement difficile à gérer et qui se sentent déboussolés vis à vis de ce qu'ils peuvent ressentir. L'idée est de pouvoir aider ces personnes à en parler et à confier leurs difficultés, ou tout simplement à s'exprimer, dans le respect et la tolérance.
Merci de m'avoir lu !
Et tu veux pas nous dire qui c'est? T'inquiette , je te ferai pas concurrence, je suis un homme hétéro et pas tres branché virtuel :) (je fais mon exiting out)
 
Sujets similaires Réponses Date
Il a des relations après 1mois et demis de séparation.. 17
Les membres Foforum ont déjà plantés 8 arbres 🌱 grâce à leurs Fofocoins. Comment ça marche ?