La chambre noire numérique

0

266

0

Piiixel

Administrateur
Messages
627
Réactions
826
Pays
France
Fofocoins
1 092 238
Badge : 100k messages Foforum 💯
Avant l’ère du numérique, le travail dans la chambre noire était à l’exact opposé de celui que demande une prise de vue, il se déroulait en effet dans un lieu plongé dans l’obscurité, sans couleurs ni sujets. A l’issue d’un processus qui semble aujourd’hui bien mystérieux – mélange minutieux de liquides, chronométrage précis, et surtout beaucoup de patience et d’expérience -,les photographes transformaient ce qui n’était au départ qu’une idée en un objet vivant.

La naissance du numérique a balayé une grande partie de ce mystère. Désormais, la photo que vous venez de prendre est visible immédiatement. La chambre noire a été remplacée par des écrans d’ordinateurs et des kilomètres de câbles. Ce qu’il est nécessaire de savoir pour se lancer n’est rien comparé au long apprentissage des techniques de la chambre noire. Pourtant, devenir un utilisateur averti des procédés que décrit cet article demande tout autant de compétences.

Les photographes utilisaient déjà tous ces procédés avant le numérique, mais les facilités qu’offre aujourd’hui l’ordinateur sont sans commune mesure avec la complexité du processus d’alors. Certes, l’aspect « artisanal », une grande partie du mystère de cette chambre noire a disparu. Mais ont disparu aussi l’odeur irritante du fixateur, les vêtements maculés de révélateur et la poubelle pleine de tirages ratés. Si certains gardent la nostalgie, d’autres, plus pragmatiques, sont ravis d’en être débarrassés.

Aussi pratique que soit le numérique, certains photographes restent viscéralement rebutés par sa complexité. L’équipement peut être extrêmement onéreux et l’archivage des photos numériques est toujours sujet à controverse. (Une armoire de rangement, bien qu’encombrante, ne tombe jamais en panne et ne peut disparaître comme les fichiers d’un disque dur.) Les appareils eux-mêmes ne sont pas aussi simples ni fiables qu’on le dit. Le film reste un outil vraiment étonnant : avec lui, nul besoin de raccordement électrique, les boîtiers ne deviennent pas obsolètes, vous n’êtes encombré d’aucun ordinateur, disque dur, lecteur de carte ni pile. Si le film avait été inventé après le numérique, tout le monde aurait crié au génie.
Exemple de retouche numérique en chambre noire numérique

Exemple de retouche numérique en chambre noire

Comprendre comment fonctionne l’œil humain

La photographie est un art merveilleusement expressif, qui touche nos cordes sensibles. Mais nous nous demandons rarement comment et pourquoi une photo éveille notre émotion. D’ailleurs, voulons-nous vraiment le savoir ? Le plaisir ne naît-il pas de l’émotion pure ? Peut-être est-ce justement parce que ce lien est si direct que nous ne souhaitons pas en savoir plus. Toutefois, pour obtenir de belles images, il est important de comprendre ce qui nous y rend sensibles. C’est en partie l’objet de ce chapitre : apprendre le comment et le pourquoi en utilisant un ordinateur pour recréer les techniques classiques de la chambre noire.

Nos yeux et notre cerveau sont des modèles stupéfiants de technologie visuelle. Prenez le temps de réfléchir à l’appareil photo qui se trouve déjà dans votre tête : vous disposez du système de mise au point le plus rapide jamais conçu, d’un automatisme d’exposition capable d’analyser instantanément les scènes les plus complexes et d’assez de mémoire pour stocker plus de 70 années d’images.

Beaucoup d’entre nous ne savent pas comment leurs yeux et leur cerveau arrivent à analyser le monde qui les entoure. Par exemple, il est facile de duper la balance des blancs automatique de vos yeux. Regardez dehors, la nuit, les lumières des immeubles de bureaux et des maisons. Celles des bureaux tirent souvent sur le vert, tandis que celles des maisons apparaissent nettement jaunes. Cela provient, pour les bureaux, des lampes fluorescentes très vertes généralement utilisées. À l’intérieur des bureaux, notre cerveau sélectionne rapidement une balance des blancs qui fait apparaître la lumière blanche. Mais, dehors, il opte pour un tout autre scénario, et la couleur que nous voyons alors est verte. De même pour les maisons, souvent éclairées par des ampoules au tungstène dont la lumière beaucoup plus chaude donne ce reflet jaune que l’on voit de la rue, reflet que nous compensons inconsciemment une fois à l’intérieur.

Notre système oculaire est plus apte à nuancer la gamme allant des ombres les plus obscures jusqu’aux très hautes lumières que n’importe quel capteur ou film photo. Toutefois, les appareils photo relfex et les ordinateurs ont atteint un tel degré de performance que nous en oublions que nous fonctionnons nous-même d’une façon très perfectionnée. Comparer les limites d’un appareil photo avec nos propres capacités nous permet de prendre de meilleures images et de comprendre comment les améliorer sur un ordinateur.

Les appareils photo, numériques ou argentiques, seront toujours moins performants que nos yeux et notre cerveau. L’ordinateur vous aidera à modifier l’image obtenue pour faire revivre celle de votre souvenir ou celle dont vous aimeriez vous souvenir.
Exposition

Que vous utilisiez un appareil photo numérique dernier cri ou un Kodak Brownie classique, l’exposition sera toujours un élément clé dans la qualité de votre photographie, nous l’avons déjà vu dans d’autres articles sur ce blog. Avec un film, l’exposition était un art. Il fallait de l’expérience, des connaissances ou de la confiance (et probablement un mélange des trois) pour arriver à une bonne exposition dans des situations difficiles. Tant de livres ont été écrits sur ce sujet que l’on pourrait y consacrer une bibliothèque entière. Et, si son apprentissage a été fort réduit avec l’arrivée du numérique, celui qui possède de solides bases dans ce domaine créera toujours de meilleures photos que celui qui se repose totalement sur l’intelligence de son appareil photo, aussi parfaite soit-elle.

Lorsque vous créez une photo, vous voulez en voir apparaître les détails dans la plupart des zones – ombres, demi-tons et hautes lumières. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous voyons ainsi, et que, par conséquent, les photos nous semblent plus agréables quand elles présentent une large gamme de tons, riches en détails. Bien sûr, vous pouvez outrepasser cette règle et suivre votre instinct créatif. Mais sachez que ce qui fait habituellement une belle photo, c’est d’abord la richesse des détails, ce qui passe en priorité par une exposition convenable.

Un appareil photo base, généralement, l’exposition automatique sur une « moyenne » de tous les tons de la scène pour obtenir une exposition fondée sur l’hypothèse que cette moyenne donnera un « gris moyen ». Ainsi, la meilleure scène à photographier pour que votre appareil sélectionne précisément et automatiquement l’exposition est une boite grise, plein cadre, sous un éclairage de jour uniforme. Le gris moyen ainsi obtenu correspond à une référence courante de réglage.

Lorsque vous modifiez les modes automatiques de votre appareil photo, c’est comme si vous lui disiez : « Je prends une photo de rue de nuit » ou : « Je prends mon ami en snowboard. » Cela lui permet d’ajuster ses réglages, dont celui de l’exposition. Avec le réglage de nuit, l’appareil comprendra que l’image est plus sombre que dans une scène de neige qui, elle, est très lumineuse. Comme avec un film, il est primordial de faire le bon réglage à la prise de vue, même si le numérique autorise une certaine flexibilité, à condition d’avoir photographié en mode RAW (ou brut). Comme on dit, « il faut de la qualité pour faire de la qualité ». Et pour
retoucher une image sur ordinateur, il faut avant tout qu’elle soit correctement exposée.
Réglages de l’ordinateur et de l’écran

Le réglage de la couleur et le calibrage de l’écran font partie des techniques les plus pointues d’une chambre noire numérique. Vu la diversité des ordinateurs, des écrans et des imprimantes disponibles, les réglages varient considérablement de l’un à l’autre. Il suffit de se rendre au rayon télévisions d’un magasin d’électroménager pour s’en rendre compte. La couleur et l’étalonnage sont très fluctuants d’un écran à l’autre. En fait, la précision des couleurs de votre écran dépend des réglages de votre ordinateur.

Avant tout, vérifiez que votre ordinateur est réglé pour afficher le maximum de couleurs (voir les Préférences écran) et que votre écran affiche les couleurs avec précision. Le plus sur est d’utiliser un écrande qualité, qui soit aussi assez récent. Les écrans
cathodiques (CRT) sont ceux qui reproduisent les couleurs avec le plus de précision, mais de nombreux écrans plats haut de gamme ont rattrapé le retard et peuvent être utilisés en toute confiance.

Si, en effet, vous possédez un écran de qualité, relativement récent et affichant le maximum de couleurs, vous avez toutes les chances d’avoir un rendu des couleurs fidèle. Pour encore plus de précision, vous pouvez étalonner votre écran.

Cet étalonnage part du principe que tous les écrans sont différents. Vous comparerez donc dans un premier temps les couleurs affichées aux couleurs de référence et, si elles sont décalées, vous ajusterez les réglages écran et couleurs.

Il existe de nombreuses méthodes pour l’étalonnage, mais les meilleurs résultats sont obtenus par les systèmes qui disposent d’une sonde attachée à l’écran. Cette sonde analyse les couleurs produites par le logiciel d’étalonnage et enregistre les réglages nécessaires pour un bon rendu des couleurs. Cela évite toute erreur humaine dans l’interprétation.

Vous pouvez au moins vérifier les réglages de base de votre écran (luminosité et contraste) sur les sites web qui proposent des gammes test allant du noir absolu au blanc absolu. Si votre réglage est correct, vous devriez distinguer parfaitement les nuances de noir, de gris et de blanc. Sur des écrans, il faut mettre le contraste à son maximum, puis régler la luminosité pour voir tous les tons de la gamme test. Cette fonction n’est pas toujours disponible sur les écrans bas de gamme ou anciens.

La perception des couleurs peut aussi être faussée par certaines couleurs de fond d’écran. Choisissez un gris neutre lorsque vous travaillez sur vos images. Ainsi, votre perception des couleurs sera plus juste. Ce chapitre explique les fonctions proposées par Adobe Photoshop®, l’un des logiciels les plus courants de traitement de l’image. Ces outils se retrouvent, sauf indication contraire, dans toutes les versions professionnelles ou familiales, comme Adobe Photoshop Elements. Bon nombre de ces réglages sont également disponibles sur d’autres programmes de traitement de l’image, selon les mêmes principes.

Le terme RAW désigne une image encore à développer, pour parler en langage argentique, une sorte de « négatif numérique ». Les images qui ne sont plus dans le format brut d’origine, en JPEG par exemple, ont été traitées par le logiciel de l’appareil photo reflex, qui a interprété ce que vous avez vu et créé une image en se fondant sur ce qu’il pense être les meilleurs réglages de température de couleur, de tonalité, de teinte, etc. Cela peut donner, bien sûr, un résultat totalement différent de ce que vous avez vraiment vu. Le logiciel de conversion RAW vous donne ainsi la possibilité de traiter l’image comme vous l’avez vue, et même comme vous aimeriez l’avoir vue.

Même si l’exposition est incorrecte à cause d’un décalage des commandes ou d’un changement de la lumière pendant la prise de vue, vous avez, avec le mode RAW, toutes les chances de garder ce qui fait une photo bien exposée des détails dans tous les tons (hautes lumières, demi-tons, ombres), une bonne saturation des couleurs et une texture générale parfaite. Vous comprenez pourquoi les pros photographient toujours en mode brut. Ils peuvent ainsi développer leurs négatifs numériques comme ils le jugent bon (et non pas selon les choix de l’appareil), avec en plus une certaine garantie en cas d’erreur pendant la prise de vue.
Chambre noire numérique

Chambre noire originale

Avec un film, ou un mode autre que brut, vous ne bénéficiez pas des fonctions de développement du convertisseur RAW. Il n’est pas possible de créer un fichier brut à partir d’une image qui n’est plus à l’état brut. Il vous reste cependant une pléthore de réglages possibles, qui néanmoins n’offrent pas l’extrême latitude de la conversion RAW.

Avec plug-in Camera RAW, vous travaillerez de haut en bas, en commençant par la température de couleur pour finir par la saturation.
D’abord, cochez trois cases dans le plug-in : Aperçu, Tons foncés et Tons clairs. Cela vous permet de voir les changements effectifs (Aperçu). L’étape suivante est importante : au fur et à mesure que vous modifierez l’image, vous perdrez des détails dans les zones colorées, ce qui sera indiqué en rouge (hautes lumières) ou en bleu (ombres). La coloration en rouge signale les zones qui ont perdu tout détail, c’est-à-dire celles qui sont devenues toutes blanches. Le bleu indique les zones où il n’y a plus que du noir. Les photographes disent que les hautes lumières ou les ombres ont été « solidarisées ». Perdre des détails dans certaines zones ne porte pas à conséquence tant que celles-ci ne sont pas fondamentales pour la photo.

Pour l’instant, laissez les cases situées au-dessus des curseurs non cochées. Elles permettent la sélection automatique des valeurs pour chaque curseur, ce qui n’est pas très utile à cette étape de l’apprentissage.
Température de couleur

Les appareils photo numériques sont souvent réglés en balance des blancs auto, c’est-à-dire que leur processeur analyse l’image et essaie de baser les couleurs sur un blanc neutre en changeant la température de couleur de l’image. L’appareil photo blanchira ainsi la lumière chaude d’un éclairage aux bougies ou estompera le rose et l’orangé d’un magnifique lever de soleil dans sa tentative d’équilibrer les couleurs d’une scène pour laquelle il n’a pas été réglé, avec souvent des résultats désastreux.

Les appareils photo plus performants sont dotés de différents réglages de balance des blancs afin de mieux capturer ce que vos yeux ont vu. En changeant la température de couleur, vous retrouverez la photo de votre souvenir ou vous lui donnerez un effet plus théâtral. C’est là toute l’utilité du mode brut. Il permet de modifier la température de couleur pour donner des ambiances colorées différentes, allant des décalages très spectaculaires aux photos les plus naturelles.
Réglage Exposition

Il faut avant tout comprendre que ce réglage n’a rien à voir avec celui de votre appareil photo. Dans le mode Camera RAW, il se concentre sur les tons clairs de votre image. On est tenté de croire qu’une image trop sombre à cause d’une mauvaise exposition peut être corrigée avec ce curseur. Certes, vous obtiendrez un effet, mais pas le plus correct. Utilisez plutôt cet outil pour ajuster les hautes lumières, puis la commande Luminosité (voir page suivante) pour ajuster les demi-tons.

Déplacez le curseur Exposition jusqu’à ce que les tons clairs commencent, dans le jargon photographique, à « cramer », c’est-à-dire à devenir complètement blancs (ou rouges puisque vous avez coché la case Tons clairs). A priori, cela peut sembler étrange, car vous ne voyez sur une partie de l’image que du blanc. Mais il existe dans ce blanc des centaines de variations qu’il est crucial de conserver pour faire apparaître l’image idéale. Une image est surexposée lorsque les hautes lumières sont cramées et sans détail, quels que soient les ajustements qui y son faits.

Cela peut être parfait pour une illustration en noir et blanc, mais la beauté d’une photographie vient de la plage infinie de couleurs et de tons qu’elle offre.
Tons foncés

Ajustez les ombres avec le curseur. La case Automatique est ici utile, car elle permet d’ajuster les couleurs foncées de façon à ce qu’elles n’apparaissent pas trop sombres et ne manquent pas de détails. Regardez d’abord à quoi ressemble votre image avec le réglage automatique, puis augmentez ou diminuez autant que de besoin.
Luminosité

Déplacez le curseur Luminosité pour ajuster les tons moyens. C’est important pour l’homogénéité de votre image une fois les ombres et les hautes lumières réglées, car la plupart des valeurs qui constituent une photographie normale se trouvent dans cette plage.
Contraste

Pour finir, le curseur Contraste ajustera la différence (contraste) entre les tons les plus foncés et les plus clairs dans les demi-tons de votre photo.
Traiter son image dans photoshop

Les étapes suivantes sont valables pour toute image, qu’elle soit brute, prise directement de l’appareil photo ou numérisée avec un scanner. Nous travaillerons d’abord avec l’image sans qu’aucun changement n’ait été opéré dans le plug-in Camera RAW, faisant ainsi comme si votre appareil photo ne disposait pas de mode brut ou comme si vous travailliez à partir d’une épreuve photo traditionnelle scannée.
Réglages des tons

La tonalité d’une image – la relation entre les ombres, les demi-tons et les hautes lumières – influence considérablement sa clarté et sa charge émotionnelle. Une image assez bonne dont les tons n’ont pas été retouchés gagnera en beauté après quelques simples retouches.
Les différents outils disponibles pour ajuster la tonalité d’une image font tous, en gros, la même chose, mais pas avec la même précision. Ils sont décrits ici, du moins complexe au plus complexe.
Niveaux automatiques

Photoshop : Image > Réglages > Niveaux automatiques
Photoshop Elements : Renforcement > Niveaux automatiques

Cette nouvelle option est identique à la fonction Exposition auto de votre appareil photo. Elle analyse les hautes lumières et les ombres, et base la luminosité d’ensemble sur ces valeurs. Sur des images normales, avec une majeure partie de détails dans les demi-tons et un équilibre chromatique moyen, cet outil peut faire des merveilles. Mais il risque aussi de générer des décalages chromatiques, de trop assombrir ou éclaircir le sujet. Essayez-le, vous pourrez toujours annuler.
Luminosité et contraste

Photoshop : Image > Réglages > Luminosité / Contraste
Photoshop Elements : Renforcement > Éclairage > Luminosité / Contraste

Nous avons presque tous acquis une certaine connaissance du contraste et de la luminosité en réglant nos téléviseurs. Avant le numérique, le contraste était influencé par le type de film utilisé, les filtres installés, le mode de développement et la manière dont les photos étaient tirées. Compliqué ? Oui. Avec l’ordinateur, tout est plus simple.

L’outil Luminosité/Contraste reste cependant un peu primaire car il applique le réglage à l’ensemble des tons. Par exemple, si vous souhaitez éclaircir un sujet trop sombre, il vous suffit de tirer le curseur vers la droite. Mais, dans ce cas, les nuages disparaîtront aussi du ciel et les ombres ne seront plus aussi sombres. Pourquoi ? La luminosité a été augmentée non seulement sur le sujet, qui était en demi-ton, mais aussi sur le ciel clair et les zones foncées. Le détail a donc été perdu deux cas. Il en est de même pour l’augmentation du contraste qui s’applique à l’ensemble des tons. La finesse des tons se perd facilement avec ces curseurs; or, comme vous le savez désormais, c’est elle qui constitue une belle photo. Mieux vaut utiliser ces outils avec précaution et modération.
Tons foncés/Tons clairs

Photoshop : Image > Réglages > Tons foncés / Tons clairs
Photoshop Elements : Renforcement > Éclairage > Tons foncés / Tons clairs

Nos yeux sont habitués à voir une gamme de tons plus large qu’il est possible d’en obtenir sur une photo. Cet outil vous permet d’améliorer facilement la gamme de tons de vos images, pour leur donner plus de naturel et d’effet. C’est en quelque sorte un outil intelligent de contraste et de luminosité.
Vous pouvez éclaircir les ombres, assombrir les tons clairs et contrôler le contraste dans les demi-tons. Mais vous ne pourrez travailler que sur les détails qui étaient déjà là dans votre exposition. Si votre ciel est cramé, aucun assombrissement n’y pourra rien changer. Mais cet outil révélera souvent des détails que vous n’aviez peut-être pas remarqués.
Niveaux

Photoshop : Image > Réglages > Niveaux
Photoshop Elements : Renforcement > Eclairage > Niveaux

L’outil Niveaux permet d’ajuster les ombres, les demi-tons et les hautes lumières d’une image en en contrôlant plus précisément le degré de modification. Vous pouvez ainsi modifier certains tons sans toucher aux autres. Ouvrez l’outil Niveaux, vous verrez trois triangles identifiés par la couleur du ton qu’ils modifient. Notez que lorsque vous ajustez les tons foncés ou clairs, le curseur Ton moyens se déplace aussi afin de maintenir le même rapport entre les tons moyens et les tons clairs. Les réglages peuvent être justes ou nécessiter de remettre les demi-tons à leur position d’origine. Pour bien faire, commencez avec le curseur correspondant aux zones les plus importantes de votre photo, puis réglez les deux autres en fonction du résultat.
Courbes

Photoshop : Image > Réglages > Courbes
Photoshop Elements : Indisponible

L’outil Courbes est le mode de réglage le plus précis, car il permet de contrôler la luminosité ou l’obscurité du ton voulu, que ce soit dans les ombres, les demi-tons ou les hautes lumières. La ligne qui apparaît lorsque vous ouvrez cet outil représente tous les tons de l’image, des plus foncés (en bas, à droite) aux tons moyens (au centre), jusqu’aux tons les plus clairs (en haut, à droite). Les dégradés figurant de chaque côté du graphique facilitent aussi l’identification.
Si vous souhaitez modifier une partie spécifique de votre image, placez le curseur dessus et cliquez en maintenant enfoncée la touche Option (Mac) ou Contrôle (PC) un point d’ancrage apparaît sur la ligne à l’endroit où se trouve ce ton. Vous pouvez alors soit déplacer ce point pour ajuster le ton avec les touches curseur ou votre souris, soit, si vous voulez ajuster uniquement ceux qui sont autour, régler la ligne autour du point d’ancrage.
Mais attention, une courbe d’image normale évolue graduellement, c’est-à-dire qu’elle passe progressivement des tons foncés aux tons moyens, puis aux tons clairs. Évitez de provoquer des pics de courbe qui feraient perdre du naturel à l’image.
Balance des couleurs

Photoshop : Image > Réglages > Balance des couleurs
Photoshop Elements : Indisponible

Outre la tonalité, la chromie influence considérablement la charge émotionnelle d’une image. Pourquoi ? La couleur est ce qui nous aide à comprendre le monde qui nous entoure, et la chromie d’une photographie détermine notre façon de la comprendre. Chaque image est composée de nombreuses couleurs qui se déclinent toutes sur tous les tons. Le meilleur moyen de le comprendre est d’utiliser cet outil.
Il existe deux types d’équilibre colorimétrique sur une photo. Le premier est celui qui a été utilisé à l’origine pour créer l’image le second est l’ajustement précis de toutes les couleurs que contiendra l’image finale.
Régler la chromie consiste à ajuster précisément toutes les couleurs comprises dans les ombres, les demi-tons et les hautes lumières. C’est sans doute là le secret d’une image intéressante, mais c’est aussi un domaine où l’expérience prime. Distinguer des couleurs spécifiques dans une image est un savoir qui s’acquiert lentement. Ceci est tellement vrai qu’il existe des personnes dont le seul travail consiste à ajuster la chromie des images qui nécessitent une attention toute particulière.

Les logiciels de traitement d’images proposent de nombreuses méthodes pour ajuster l’équilibre chromatique. Ce sujet peut vite devenir très technique, nous resterons donc ici à un niveau simple mais suffisant pour une utilisation courante.

Niveaux

Photoshop : Image > Réglages > Niveaux
Photoshop Elements : Renforcement > Éclairage > Niveaux

Revenons aux Niveaux pour voir, cette fois, comment ajuster la chromie avec chaque curseur. Vous disposez dans cet outil d’un menu Canaux. En sélectionnant Rouge, Vert ou Bleu, vous pouvez contrôler la quantité de chacune de ces couleurs dans les différents tons de la photographie. Veillez à bien activer l’Aperçu pour visualiser les changements apportés en temps réel.
Balance des couleurs

Photoshop : Image > Réglages > Balance des couleurs
Photoshop Elements : Indisponible, utilisez à la place Renforcement > Couleurs > Variations

La méthode la plus directe pour ajuster la couleur est d’utiliser l’outil Balance des couleurs. C’est un système assez simple de curseurs qui règlent séparément l’équilibre colorimétrique dans les tons foncés, moyens et clairs. Là encore, l’effet de ces changements sur l’image dépend de l’importance de ces zones dans votre image. Pour une scène de nuit, par exemple, l’équilibre colorimétrique des tons foncés joue un rôle important sur l’aspect général. Cela est vrai, à l’inverse, pour les tons clairs dans une scène de neige. Avec cet outil, cochez toujours l’option Préserver la luminosité, vous éviterez ainsi un changement trop radical de l’équilibre de l’image.

Il existe des règles de base à connaître avant de vous lancer dans la chromie d’une image. D’abord, les ombres paraissent souvent bleutées, quelle que soit leur origine. Il faut, pour les corriger, ajouter du jaune (ôter du bleu) et/ou du rouge (ôter du cyan). Ensuite, certains films et appareils photo reflex numériques tendent à décaler légèrement l’équilibre colorimétrique de tout ou partie de votre image par rapport à ce qui est considéré comme correct. Cela s’appelle une dominante. Certains appareils photo produisent des images tirant légèrement sur le vert tandis que d’autres tirent sur le rouge, même avec les boîtiers numériques les plus performants. Photoshop Elements dispose d’une fonction intéressante qui essaie de détecter ces dominantes et de les compenser automatiquement.

Enfin, l’ajustement des tons chair peut avoir un effet vraiment bénéfique sur vos portraits. Vous pouvez corriger un teint bleuté ou jaunâtre avec l’équilibre colorimétrique, ou bien avec le réglage de teinte et de saturation décrit ci-dessous.
Couleur, teinte et saturation

Photoshop : Image > Réglages > Teinte/Saturation
Photoshop Elements : Renforcement Couleurs > Teinte / Saturation

Une fois la chromie réglée, certaines couleurs peuvent ne pas ressortir tout à fait correctement, car elles sont difficiles à rendre pour certains appareils. Parmi elles se trouvent les tons chair, auxquels, en tant qu’êtres humains, nous sommes naturellement sensibles, ainsi que celles sous l’éclairage fluorescent. Vos couchers ou levers de soleil peuvent ne pas paraître aussi fabuleux que dans votre souvenir.
Modifier la teinte (dominante) de ces différentes couleurs ainsi que leur saturation (intensité) jouera directement sur vos émotions.

L’outil Teinte/Saturation est particulièrement efficace et facile à utiliser. Vous pouvez sélectionner une des six nuances à ajuster ou choisir l’option Global pour ajuster toutes les couleurs de l’image.
De nombreux appareils photo numériques ou photos scannées présentent des couleurs légèrement décalées. Si vous n’avez pas réussi à les corriger avec la Balance des couleurs, essayez avec la Teinte et la Saturation. Il faut cependant comprendre que ce que vous percevez souvent comme une seule couleur se compose en réalité d’une autre couleur. L’herbe verte, par exemple, contient beaucoup de jaune au lieu d’ajuster le vert, il vous faudra peut-être ajuster le jaune. Comme pour la balance des couleurs, les couleurs prédominantes dans une image ne sautent pas forcément aux yeux, mais le réglage Teinte/Saturation aura un effet visible et vous secondera bien.
Netteté

Photoshop : Filtre > Renforcement > Accentuation
Photoshop Elements : Filtre > Renforcement > Accentuation

On conseille toujours en photographie d’acheter des objectifs de bonne qualité. C’est la meilleure chance d’obtenir des photos bien nettes, avec un bon contraste et un rendu des couleurs optimal. Mais, même avec un très bon objectif photographe, les photos peuvent manquer de netteté, problème qui peut être dû au photographe, au sujet, à l’appareil photo ou à la façon dont le film ou l’image numérique été traité ou numérisé à l’origine. Il est possible d’accentuer numériquement les contours d’une photo avec quelques outils simples qui mettront en valeur de nombreux détails. Et, lorsque vos amis verront le résultat, ils seront sûrement impressionnés. Même une photo très nette peut en être perceptiblement améliorée.
L’accentuation logicielle exploite la façon dont nous percevons d’emblée la netteté d’une image. Cette qualité de l’image est en grande partie définie par le contraste entre la lumière et l’obscurité. C’est sur cette zone de transition que le logiciel agit pour donner plus de netteté à la photo.

Dans Adobe® Photoshop®, l’outil Accentuation dans Renforcement est, comme son nom l’indique, destiné à accentuer les contours. Pour bien l’utiliser, il est essentiel de comprendre ses trois commandes : Gain, Rayon et seuils. Gain détermine l’importance de l’augmentation du contraste dans la zone de transition. Rayon ajuste l’étendue de cette augmentation, joue sur la finesse de l’effet. Seuils détermine les zones de contraste qui seront touchées par l’accentuation. Une faible valeur signifie que l’accentuation se portera sur les zones moins contrastées, tandis qu’une valeur élevée indique que seules les zones fortement contrastées seront accentuées.

La règle est de garder le rayon aussi bas que possible tout en augmentant le gain et en gardant une faible valeur de seuils afin que la plupart des détails soient accentués. Des images en basse résolution (pour la diffusion sur le Net) n’ont pas besoin d’une grande netteté, à l’inverse des images en haute résolution (à imprimer) pour lesquelles la netteté est indispensable. C’est pourquoi, pour de nombreux photographes, l’accentuation des contours est la dernière étape du traitement de l’image. Commencez par un rayon autour de 1 et un gain légèrement supérieur à 100%. Le mieux est de faire le plus d’essais possible. Notez aussi que la dernière version du logiciel dispose du très efficace outil Smart Sharpen.
Flou et correction sélective

Photoshop : Filtre > Atténuation > Flou gaussien
Photoshop Elements : Filtre > Atténuation > Flou gaussien

Flouter des parties gênantes sur une image peut simuler l’effet d’une prise de vue à grande ouverture. Les photographes confirmés choisissent une ouverture plus grande (plus petit nombre fl) pour réduire intentionnellement la profondeur de champ et estomper l’arrière-plan gênant. Vous pouvez recréer le même effet en vous servant de l’outil Atténuation. Ici encore, vous n’obtiendrez pas autant de naturel qu’avec votre boitier, mais vous pourrez ajouter une touche artistique et, surtout focaliser l’attention sur ce qui est important.

Créez un nouveau calque et utilisez l’outil Flou. A l’aide d’un pinceau d’une force d’environ 12, passez l’effet de flou uniformément sur les zones de image qui entourent le sujet principal. Voir l’effet obtenu est le meilleur moyen de progresser. Une méthode plus précise consiste à sélectionner certaines zones avec les outils Lasso ou sélection. Sélectionnez le Contour progressif [Sélection Contour progressif] : 20 pixels pour une image basse résolution, 80-100 pour des résolutions supérieures. Puis choisissez le filtre de flou gaussien. Commencez par un rayon de .3 à .5 et utilisez le moins de flou possible pour rester naturel.
Recadrage

Pour certains, c’est la première chose à faire sur une photo. Les puristes, eux, sont fiers d’avoir su trouver le bon cadrage au premier coup d’œil, sans oublier qu’un recadrage trop important réduit la qualité de l’image tant en argentique qu’en numérique. Cet outil permet, cependant, de mettre l’accent sur l’essentiel et donc d’augmenter la puissance de l’image.
L’expression de votre chien est sans aucun doute plus importante que la rutilante auto qui est entrée dans le champ au moment du déclenchement.

Laissons de côté pour l’instant le casse-tête de la balance des couleurs et de la tonalité et revenons à ce qui fait une belle image, c’est-à-dire la composition. C’est là qu’intervient votre créativité. Vous pouvez abandonner sans crainte les formats classiques de la photo 24 x 36 qui ne sont pas forcément les meilleurs pour votre image. Il est possible, par exemple, de créer une photo panoramique en coupant le haut et le bas de l’image, ou de créer un carré parfait. Les appareils argentiques traditionnels disposaient aussi d’un large panel de formats, du carré au panoramique.

L’outil Recadrage est simple à utiliser, soit librement, soit en sélectionnant des rapports et/ou une résolution afin d’obtenir une certaine forme appelée résolution finale. Cette dernière méthode est utile si vous créez une image à publier sur Internet, car vous pouvez ainsi programmer la résolution adaptée (généralement 72 pixels par pouce).

N’oubliez pas non plus que, pour l’encadrement, les formats de photos courants diffèrent dans leur forme finale. Par exemple, une image 10 x 15 a un rapport 2/3, tandis qu’une image 20 x 25 a, elle, un rapport de 4/5. L’image 10 x 15 est donc beaucoup plus rectangulaire que l’image 20 x 25.
chambre noire numérique - outil photoshop

chambre noire numérique – outil photoshop
Densité – et Densité +

Exécutés correctement, l’éclaircissement (Densité -) et l’assombrissement (Densité +) d’une zone étaient des techniques de chambre noire assez difficiles et longues à maîtriser. Elles consistaient, pour éclaircir une zone, à occulter avec un objet le papier photo pendant l’exposition afin d’agir uniquement sur la partie retenue et, pour assombrir une zone, à n’autoriser la lumière que sur la partie souhaitée. Pour occulter la lumière, on utilisait un disque doté poignée en fil de fer, d’où l’origine de l’outil Densité – dans Adobe Photoshop. On assombrissait grâce à un système plus élaboré de morceaux de papier troués, ou en plaçant astucieusement sa main sous la lampe de l’agrandisseur, d’où l’icône de la main.

Ce sont les parties les plus lumineuses d’une photo qui attirent généralement notre regard. Il est bon de se le rappeler lors de la prise de vue ou de l’utilisation de ces outils. L’outil Densité est souvent employé pour éclaircir le visage du sujet afin d’en révéler tous les traits. Exécuté avec un pinceau plus large, l’outil Densité permet d’assombrir les parties lumineuses qui détournent notre attention du sujet principal.
Chacun de ces outils vous permet de travailler dans les tons foncés, moyens et clairs. Prenez un pinceau fin et réglez l’exposition (ou force) de l’outil entre 5 et 8 pour commencer. Cette amplitude de réglage vous garantit des modifications subtiles pour commencer en douceur. Vous pouvez utiliser ces outils directement sur l’image, mais il est préférable de les appliquer sur un calque que vous aurez créé et couvert de gris neutre. Vous ne touchez pas ainsi directement à l’image et pourrez jeter le calque si vous n’êtes pas satisfait du résultat. Déroulez le menu Calques, sélectionnez Nouveau calque, puis Remplir, et cochez Remplir de gris neutre (gris à 50%). Appliquez la Densité ou sur ce calque, c’est lui qui sera modifié, mais l’effet apparaîtra sur l’image. Une autre méthode intéressante, souvent préférée en raison de la précision de son contrôle consiste à sélectionner certaines zones de l’image et à appliquer les réglages de tonalité précédemment décrits en n’utilisant l’outil Niveaux que sur ces zones précises.
Filtres photo numériques

De nombreux logiciels de traitement de l’image proposent des filtres numériques qui imitent l’effet des filtres classiques montés sur les objectifs ou utilisés dans les chambres noires traditionnelles. Par exemple, par temps couvert avec une lumière très bleue, le photographe mettait souvent devant son objectif photographe un filtre jaune pâle/orange qui rendait l’image plus chaleureuse. Ce filtre modifiait, bien sûr, l’équilibre colorimétrique de la photo, ce qui peut être fait dans Adobe Camera RAW ou en modifiant la balance des couleurs. Si plusieurs méthodes existent pour simuler manuellement de nombreux effets de filtres, il reste souvent plus simple et plus rapide d’appliquer sur l’image un filtre existant. Adobe Photoshop en propose certains sous Image > Réglages > Filtres photo.

Les noms classiques de ces filtres se trouvent entre parenthèses. Si vous demandez à un revendeur photo un 81A, il sait que vous parlez d’un filtre qui sert à réchauffer la chromie. Il existe aussi des plug-ins pour Photoshop, comme dans Nik Color Efex, qui offrent un tout autre niveau de qualité. Ce logiciel vous permet de prévisualiser l’effet et de l’appliquer ou de l’annuler en quelques secondes. En revanche, il vous faudra prévoir quelques milliers d’euros et disposer aussi de beaucoup de temps.

Néanmoins, on considère généralement, dans le milieu de la photo, qu’une manipulation de l’image par traitement numérique donne de moins bons résultats qu’une prise de vue originale de qualité. Tout dépend de la façon dont vous préférez travailler. Mais, en résumé, sachez que plus vous serez près du résultat souhaité lors de la prise de vue, meilleur en sera le rendu final.
Conversion en noir et blanc et coloration

Même si le film noir et blanc devient rare, les photos noir et blanc n’en sont pas pour autant moins intéressantes. Pour convertir vos photos couleur en noir et blanc, il suffit de retirer la couleur en réduisant la saturation dans Teinte/Saturation à 100 (comme Remove Color dans Photoshop Elements). Il est également possible, dans le menu Image > Mode de passer de RVB à Niveaux de gris. Vous pouvez aussi faire des conversions plus précises en utilisant les plug-ins dédiés à cette tâche, comme BW Workflow Pro, disponible en ligne sur le site de son fabricant, Fred Miranda (fredmiranda com, en anglais).

De tels logiciels vous permettent de mieux contrôler la conversion des couleurs de votre image et de créer des photos noir et blanc plus fortes. En outre, ces plug-ins facilitent les essais de coloration des images. En ajoutant une légère quantité de couleur à une image noir et blanc vous obtiendrez un tirage vraiment noir et blanc. C’est une technique classique en chambre noire qui exige des produits chimiques chers et nocifs, beaucoup de temps et d’expérience. Même si les logiciels ne vous permettent pas d’obtenir la même qualité que sur un tirage papier, les résultats, cependant, seront intéressants.
CONCLUSION

L’ordinateur a pris aujourd’hui une place majeure dans la photographie. Il n’en reste pas moins vrai que, même si les appareils photo et les ordinateurs sont très performants, une belle photo vient d’abord de l’imagination et du talent du photographe. On peut facilement se laisser submerger par tous les détails technologiques, mais au final, ils ne donneront que rarement (voire jamais) une photographie magique. Il est certes utile de connaitre la technologie. Mais vous réussirez aussi de merveilleuses images avec le plus simple des appareils photo. L’essentiel est d’explorer et d’interpréter le monde avec votre appareil et, pour cela, vous, le photographe, êtes le plus important.
 
Vous n'avez pas de compte ?S'inscrire maintenant
  • :)
  • ;)
  • :(
  • :mad:
  • :confused:
  • :cool:
  • :p
  • :D
  • :eek:
  • :oops:
  • :rolleyes:
  • o_O
  • :cautious:
  • :censored:
  • :cry:
  • :love:
  • :LOL:
  • :ROFLMAO:
  • :sick:
  • :sleep:
  • :sneaky:
  • (y)
  • (n)
  • :unsure:
  • :whistle:
  • :coffee:
  • :giggle:
  • :alien:
  • :devilish:
  • :geek:
  • :poop:

Top contributeur ( mois )

Chat général membres
Règles Aides Utilisateurs
  • Personne ne discute en ce moment.
    • :)
    • ;)
    • :(
    • :mad:
    • :confused:
    • :cool:
    • :p
    • :D
    • :eek:
    • :oops:
    • :rolleyes:
    • o_O
    • :cautious:
    • :censored:
    • :cry:
    • :love:
    • :LOL:
    • :ROFLMAO:
    • :sick:
    • :sleep:
    • :sneaky:
    • (y)
    • (n)
    • :unsure:
    • :whistle:
    • :coffee:
    • :giggle:
    • :alien:
    • :devilish:
    • :geek:
    • :poop:
    G Chat Bot: Guy Gillet à posté une discussion dans Discussions sur tout les sujets c'est ici : Avez-vous un...