- Bouquet de roses... -

Dans un carré de soleil doré,
Comme un chat je me suis posé.
Je me sens fatigué et lasse,
Mais, mes pensées noires, j'efface.
Je voudrais rêver tel cette fois...
La musique résonne en moi,
Comme les ailes d'un papillon,
Vibrant dans l'air doux de la saison.

Là je réfléchis au poème,
Je ne sais. Le continuer ou pas ?
Oui, mais est-ce que quelqu'un dira,
Que celui-ci aussi il l'aime ?

Je cherche égoïstement l'amour.
Regardez moi, je veux être vu,
Mais arrêtez, ne me jugez plus.
Mon bonheur me fuit, au loin il court !

Trop seul. J'ai peur de recommencer.
Faible. Je ne veux pas retomber.
Blessé. Aidez moi à le combler,
Le doux vide qui en moi s'est creuser.

Je voudrais couler là dans les mers,
Devenir poisson qui se terre.
Je voudrais sauter, vibrer, voler,
Devenir oiseau chanteur d'été.

Protégez moi. Je n'en veux plus,
De cette souffrance acerbe.
Je fane dans la sèche herbe,
Je me meurs dans cette cage...
Je veux réécrire la page.

Souriez moi. Je n'en veux plus,
De cette solitude amer.
De tout, Je ne veux plus rien faire,
Et il y a tant à écrire,
Mais ma peur m'offre d'un sourire,
Un bouquet de fleurs, têtes coupées,
Il ne reste que les épines,
Choisies pour dans mon coeur s'enfoncer.
Roses de douleurs vipérines.
 
K
Kaliope
Anonyme
Pas mal du tout !!! Mais à mon sens, il ne faut pas chercher à tout prix les rimes. La poésie n'a pas besoin d'être classique de ce point de vue. ;)
A mon sens mieux vallent les allitérations, les assonances, les harmoniques.

Exemple : De cette solitude amer[e] : De cette amère solitude.
La répétition des 't' trop proche est dure et moins coulante, d'autant que la liaison entre les deux voyelles e/a entraîne mieux le lecteur/récitant.

Mais l'inversion du nom et de l'épithète n'est pas toujours une bonne idée, même pour faire rime :
je fane dans la sèche herbe fait très "les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches..." , c'est très rude à la langue !
Il faut écrire en prononçant oralement, en pensant aux vers énoncés par un-e commédien-ne !

Et que le jour se lève et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice


Le glissement des i et des ssse sur la langue créé de l'émotion comme au rythme du coeur des vagues se succèdant.

Je dirais que la poésie doit être valse ou galop plein.
 
A.Ries
Forumeur d’exception
Messages
2 347
Réactions
4 444
Fofocoins
95
Ombre sur pseudo
Plantation d'un arbre via Reforestaction 🌳
Plantation d'un arbre via Reforestaction 🌳
Couleur pseudo
Pas mal du tout !!! Mais à mon sens, il ne faut pas chercher à tout prix les rimes. La poésie n'a pas besoin d'être classique de ce point de vue. ;)
A mon sens mieux vallent les allitérations, les assonances, les harmoniques.

Exemple : De cette solitude amer[e] : De cette amère solitude.
La répétition des 't' trop proche est dure et moins coulante, d'autant que la liaison entre les deux voyelles e/a entraîne mieux le lecteur/récitant.

Mais l'inversion du nom et de l'épithète n'est pas toujours une bonne idée, même pour faire rime :
je fane dans la sèche herbe fait très "les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches..." , c'est très rude à la langue !
Il faut écrire en prononçant oralement, en pensant aux vers énoncés par un-e commédien-ne !

Et que le jour se lève et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice


Le glissement des i et des ssse sur la langue créé de l'émotion comme au rythme du coeur des vagues se succèdant.

Je dirais que la poésie doit être valse ou galop plein.
Merci beaucoup, je tâcherais à l'avenir d'y faire attention pour rendre mes vers plus jolis.
 
Les membres Foforum ont déjà plantés 15 arbres 🌱 grâce à leurs Fofocoins. C´est gratuit, voir comment ça marche ?